L'Antiquaille
Lyon (69)
Programme : 22 logements et 36 places de parking
Surface : 1 957 m² SHON
Montant des travaux : 2 444 246 €HT
Maître d'ouvrage : SACVL
La singularité de cette grande pièce urbaine centrale, inclue dans le périmètre inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, tient à certains critères d’exception :
- Son événement topographique, flanquée sur la colline entre le parc archéologique et la limite est du terrain qui prend valeur de belvédère sur la ville, la vaste plaine rhône-alpine, jusqu’aux crêtes acérées du Mont Blanc.
- Une certaine complexité de son sol, dans sa logique de nivellement et les mystères qu’il contient.
- La réserve foncière et d’espace public dont elle dispose, inédite à l’échelle de son environnement urbain constitué.
- L’archéologie complexe de ses lieux, où différentes époques juxtaposées les unes aux autres ont tenté une unité architecturale en rentrant dans une harmonisation d’ensemble improvisée.
- La logique d’enceinte et de soutènement omniprésente qui joue du regard et participe à l’insularité du lieu dans la relative confidentialité de ses ouvertures.
Le maintien du profil naturel du sol permet une descente progressive du chemin piétonnier en même temps qu’il isole l’espace public du RdC des logements; un socle massif en pierre contient le parking en faisant référence aux murs d’enceinte présents dans le site. Le deuxième élément de réponse est de préférer à la scansion en trois plots un bâtiment unitaire tenant la grande longueur, à l’instar de la résidence étudiante inscrite dans son prolongement. Sa façade Nord s’infléchie légèrement devant les deux arbres existants pour les préserver. Le volume simple s’aligne sur son socle en pierre en façade Nord, tandis que leur orientation divergent en partie Sud.
D’autre part, la construction nouvelle doit prendre conscience de sa visibilité et de la réalité paysagère dans laquelle elle s’inscrit. Elle doit répondre à la singularité de sa position, posant la question de la domesticité du logement, des vues sur ce nouvel édifice et des matériaux utilisés. La situation du bâtiment a été la base du projet; comment concevoir un programme domestique dans un environnement historique et culturel? Cette réflexion a abouti à la conception des refends séparatifs entre les logements, masquant l’usage des balcons depuis l’espace public, en particulier depuis le site archéologique. De la même façon, l’épaisseur de socle dépassant des refends est rendue inaccessible; comme la toiture, cet espace est végétalisé.
A l’intérieur du bâtiment, les 22 logements (du T2 au T5) se répartissent sur trois niveaux, desservis par de larges circulations vitrées ouvertes sur l’extérieur. Chaque logement possède une terrasse ou un balcon au Sud, jouissant du panorama sur la ville. Les autres vues sont celles des théâtres antiques à l’Ouest et de Fourvière au Nord, dont profite le dernier étage, occupé essentiellement par les duplex. Par son fonctionnement simple et sa compacité le bâtiment est particulièrement économique. Les matériaux utilisés conjuguent la pierre de Villebois à l’enduit gris perle taloché éponge; les menuiseries sont traitées en aluminium anodisé et les garde-corps en acier galvanisé.
PDF